COMMENT S’Y RETROUVER DANS LE LABYRINTHE DE LA TEMPORALITE

5 panca wara : umanis, pahing, pon, wage, kliwon ;

6 sad wara : tungleh, aryang, urukung, paniron, was, maulu ;

7 sapta wara : redite, soma, anggara, buda, wrespati, sukra, saniscara ; 8 czstcz wara : sri, indra, guru, yama, ludra, brahma, kala, uma ;

9 sanga wara : dangu, jartgur, gigis, nohan, alor, ogan, erangan, urungan, tulus, dadi ; 10 dasa wara : pandita, pati, suka, duka, sri, manu, manusa, raja, dewa, raksasa.

A strictement parler, le pawukon ne propose ainsi ni date, ni mois, mais seulement des jours.
Avant d’entreprendre une activite inhabituelle, les Balinais traditionnalistes se servent d’un tika, planche rectangulaire de forme oblongue sur laquelle est grave le pawukon – de meme que ses conjonctions importantes avec les groupements du wawaran – pour apprendre si ladite activite est conseillee, simplementpetmise ou deconseillee, voire interdite.

Une partie des noms de jour de ces dix groupements possede un sens lexical identifiable. Ainsi, par exemple, pasah, l e premier des trois jours du tri wara, a pour sens lexical « activite de separation ».