A QUOI RIMENT CES « CASTES » QUI STRUCTURENT LA POPULATION BALINAISE ?


Selon la tradition hindoue, cette hierarchie prend source clans une representation du corps humain : les brahmana sont la bouche – c’est-a-dire la tete, la pensee et la parole – les ksatria, la poitrine et les bras – la force guerriere – les wesia le ventre – les producteurs de biens – et les sudra, les pieds – les serviteurs. Ces groupes fonctionnels hierarchises sont en principe fermes sur eux-memes par 1’heredite et 1’endogamie. Il y a encore quarante ans, a Budakeling, clans Fest de Bali, un couple d’amants forme d’une brahmana et d’un sudra fut assassine par la famille de la fille. Par contre, un membre masculin des castes superieures pouvait epouser Line fille de la caste inferieure… La prohibition des mariages entre castes a ete abolie par la Republique indonesienne, mais la societe actuelle a encore tendance a s’y conformer.

Il ne faudrait cependant pas croire que les sudra, immense majorite de la population, constituent une masse populaire indifferenciee. Ils se repartissent eux-memes en groupes puissants dont chacun se considere comme descendant d’anciennes chefferies locales. Chacun de ces groupes : Pande, Bandesa, Pasek etc., possede des lieux de culte specifiques et forme un reseau politico-religieux qui conteste periodiquement les prerogatives des castes superieures.