Dans chaque partie du monde, les différents peuples et religions fêtent le nouvel an de  la façon la plus représentative possible. À Bali, le nouvel an est plus communément appelé Nyepi Day : le jour du silence et cette année, c’est le 21 mars que cette journée, la plus importante de l’année, sera célébrée. Vous vous direz, « pourquoi un mois aussi tard que le mois de mars ? » ; le calendrier utilisé à Bali est le calendrier Saka. Il est utilisé par l’Inde entière, seul Bali en Indonésie et le Cambodge. Adapté au calendrier grégorien, Nyepi se déroule toujours au mois de mars et représente un jour de nouvelle Lune, qui change donc chaque année. Le calendrier Saka débute approximativement en 78 après J.-C. (pour le calendrier grégorien) : l’année 2015 correspond à 1937 pour les Sakas, l’ancienne tribu conquérante de l’Inde.

Il faut savoir que cette journée contient quatre étapes, quatre jours de rituels ancestraux avant et après le fameux jour.
Tout d’abord, 3 jours avant le Nyepi Day, une première cérémonie appelé Melasti consiste à se rapprocher de Dieu en nettoyant les statues sacrées dans la rivière et en faisant des offrandes de tôt le matin à tard le soir. Cette cérémonie est une purification du village entier.

Melasti

Ensuite, la veille de Nyepi, aussi appelée Tawur Kesanga, est dédiée à la chasse des mauvais esprits. Pour cela, cette journée d’exorcisme consiste à ce que les villages soient entièrement nettoyés, des aliments typiques tels que le riz sont cuits et les habitants frappent des pots et casseroles en allumant des torches de feu chez eux, dans le but d’effrayer ces démons. Aussi, les balinais construisent, depuis des semaines, des monstres terrifiants en bambou, papier mâché et tissu aux yeux exorbitants et crocs ressortissants appelés Ogoh-Ogoh : ils symbolisent le mal et les mauvais esprits qui vivent dans leur entourage. En ce jour spécial de l’année, les combats de coq sont autorisés ; le sang versé est récupéré et, avec les corps de petits poulets sacrifiés et les Ogoh-Ogoh, ils sont placés aux entrées des villages afin d’attirer les démons. Une fois leur venue, les prêtres récitent toutes sortes de malédictions et les balinais les accompagnent en faisant le plus de bruit possible : ceci est appelé Mabuu-buu.Après le coucher du soleil, la fête commence : carnaval, musiques, couleurs, chants et rires avant de mettre le feu aux Ogoh-Ogoh, afin de célébrer l’accord entre les hommes et Dieu, les hommes et les hommes ainsi que les hommes avec leur environnement en faisant sortir le mal de leurs vies.

 

Différentes représentations d’Ogoh-ogoh lors de Nyepi

ogoh-ogoh

Le jour même du Nyepi, du lever du soleil 6 heures à son coucher 19 heures, la règle est simple sur l’île : aucun bruit. Cela signifie : aucune musique, pas de télévision, mais aussi pas de travail, ni circulation, ni même lumières ! Bien que les magasins soient aux trois-quarts ouverts le dimanche, pour Nyepi, il faut prévoir de ne manquer de rien car il est absolument impossible non seulement de trouver une superette ouverte, mais surtout de circuler : seuls les véhicules médicaux peuvent se déplacer en cas d’urgence. Autrement, les seules personnes présentes dans les rues sont des gardes du Nyepi Day appelés « Pecalangs », uniquement afin de veiller à ce que la tradition soit respectée et NON, les touristes et non hindous n’y échappent en aucun cas, ils sont d’ailleurs fortement conviés à en faire autant. Aussi, aucun vol n’est autorisé étant donné que même l’aéroport international de Denpasar est fermé ! C’est également, pour les plus fidèles, un jour de jeûne et de méditation. Cette journée est très impressionnante, tout d’abord de part cet incroyable silence de la vie humaine, qui laisse place aux sons de la nature comme ceux des oiseaux et des singes, ou encore tout simplement le bruit léger du vent ou de l’eau qui ruisselle. Mais, elle impressionne notamment par rapport à la religion : observer son importance et son respect, malgré le déroulement du temps !

Le centre-ville puis bord de mer de Kuta, fréquenté en permanence et notamment par des touristes.
Nous y voyons deux Pecalangs faire leur ronde.

street

Le jour suivant est surnommé Ngembak : afin de se pardonner mutuellement, les balinais appliquent le Dharma Canthi, des activités de lectures de scripts anciens et de chansons.

L’importance de cette journée sacrée est la remise en question des hindous sur des valeurs fondamentales de la vie, telles que l’amour, la générosité ou encore la patience ! En tant qu’étrangère et non-hindou, c’est une expérience très originale et tout aussi riche, car Nyepi a fait de Bali une île unique, où tous les habitants de sa surface respectent ce jour, ces valeurs, cette remise en question sur le chemin qu’ils parcourent, des plus jeunes aux plus vieux. Si vous voulez échapper à la tradition, les îles Gili célèbrent Nyepi en organisant généralement des festivals de reggae la veille, et la journée reste « banale ».

Nyepi, un jour spécialement incroyable et réellement enrichissant !

Clémence MARTINE
13 mars 2015

Comments