giliair

Apres 1 mois passé à Bali, il est grand temps de partir à la découverte des fameuses iles Gili, un petit coin de paradis au sein de l’archipel indonésien.

Une semaine de vacances, et c’est parti pour les Gili ! Apres 1h30 de voiture pour rejoindre Padangbai, nous embarquons à bord d’un des nombreux « fast boat » qui se font concurrence pour proposer aux touristes la traversée vers ces iles idylliques.

Excellente surprise en arrivant à bord, nous disposons de places sur le toit, en plein air, avec un temps magnifique et un équipage des plus joyeux. Nous avions à peine quitté le rivage que le personnel de bord a mis de la musique, sorti une glacière remplie de bière et a commencé à danser pour le plus grand bonheur de tous. Autant dire que les 2 heures de traversée sont passées très, très vite ! Au large, on a une superbe vue sur les volcans majestueux de l’ile des Dieux avant d’apercevoir au loin les iles tant conviées.

L’arrivée sur Gili Trawangan, la plus grande et la plus vivante des 3 Gili, est un moment d’extase. L’eau est splendide, le paysage à couper le souffle, on voit des petits bateaux traditionnels de toutes les couleurs et aucun véhicule à moteur sur ces iles, seulement des chevaux et des vélos. Nous avions décidé de commencer par Gili Air, la plus proche de Lombok. Nous sommes ainsi restés sur le bateau qui nous y a déposés quelques instants plus tard.

Dès notre arrivée, nous partons à la recherche d’un logement à bas cout. Le premier nous coutait 250 000 Rp pour 3 personnes mais après quelques jours, nous avons trouvé quelque chose de bien mieux à seulement 150 000 Rp pour 3 : « Sasak Homestay »

Là-bas, tout le monde est relax, calme, au lent rythme de Gili Air. Les activités sont aussi originales qu’intéressantes, toutes liées à l’océan. On peut pratiquer le snorkeling, la plongée, la pêche avec des locaux, déguster des poissons fraichement sortis de l’océan sur la plage devant le coucher de soleil, siroter un sublime jus de fruits pressés, ou encore faire du farniente loin de toute contrainte.

L’atmosphère y est si reposante qu’on tombe vite sous le charme de ce coin de paradis. On oublie strictement tout, le téléphone portable, le wifi, les réseaux sociaux… Le seul intérêt du téléphone est de capturer ces instants magiques avec des photos dignes de cartes postales paradisiaques.

Apres 4 jours à repousser sans cesse le moment du départ de Gili Air, nous nous décidons à aller découvrir les deux autres iles. C’est en allant pêcher avec 2 locaux que nous nous sommes rendus sur Gili Meno, la plus petite et la moins habitée. Cette partie de pêche fut magique et mémorable. Avec seulement un fil, un hameçon, un gros plomb et des petits poissons a fritures, nous avons réussis à attraper pas mois de 6 poissons avec mes 2 amis. Nous nous étions arrangés avec le capitaine pour qu’il nous dépose sur Gili Meno à l’issue de ces 2 heures hilarantes et riches en découvertes. En arrivant sur place, une surprise des plus réjouissantes nous attendait : le capitaine et son collègue descendent avec nous du bateau, les poissons à la main, ils réquisitionnent le premier barbecue qu’ils trouvent, mettent des écorces et quelques litres d’essence (!!!), et c’est parti pour les poissons grillés les plus frais de notre vie. Pas de question à se poser si les différentes espèces se mangent ou pas, à chaque prise, on les entendait se réjouir à dire « mais oui, celui-là est excellent » ! Cette activité fut triplement utile puisque nous avons découvert la pêche à l’indonésienne, nous avons dégusté du poisson très frais et nous avons fait la traversée par la même occasion.

Nous avons moins apprécié Gili Meno, bien que très agréable, les prix étaient un peu plus élevés pour un lieu avec moins d’intérêt selon nous. En revanche, le snorkeling y est à couper le souffle. En seulement 20 minutes, nous avons admiré trois grosses tortues et des fonds marins impressionnants par leurs couleurs et leur diversité.

Dès le lendemain, nous nous sommes donc rendus à Gili Trawangan avec le bateau public. La traversée coute 25 000 Rp et peut procurer quelques frayeur car le capitaine va au plus court sans prendre les vagues de façon à bien les encaisser. Quoiqu’il en soit, nous sommes en Indonésie donc on commence à avoir l’habitude !

Gili Trawangan est bien plus touristique et animée que les deux autres. Des dizaines de restaurants, bars et hôtels se côtoient sur la côte est. En sirotant une bière, un serveur très amical nous apprend que le soir même se tient une fameuse « Full Moon Party ». Ainsi, après une journée plus banale, nous avons donc découvert cette façon si agréable de s’amuser. La lumière de la Lune est très appréciable, la fête se déroule sur la plage, on trouve de toutes les nationalités allant de l’australien à l’allemand en passant bien entendu par l’indonésien qui sort du travail. C’était vraiment un moment génial et inattendu. L’ambiance y est à des années lumières de celle que l’on retrouve en club français…

Dernier fait marquant de notre escapade paradisiaque, le retour en bateau… Le bateau était encore accosté et déjà un moteur ne fonctionnait plus ! Apres quelques coups de pied, c’est reparti. On peut enfin partir. La, et pendant une longue heure, nous nous demandions si nous n’allions pas finir à l’eau. De grosses vagues et un capitaine qui semble savoir aussi bien naviguer que nous, le cocktail parfait pour être à 2 doigts de chavirer ! A chaque gros creux, il ralentit d’un coup puis repart, nous pensions que cette torture allait durer 4h mais après 1h30 d’incertitude, nous avions rejoint la côte balinaise et l’océan était plus clément.

Ainsi, ce fut une semaine magique et mémorable, certainement la plus belle du voyage à Bali. Je recommande vivement Gili Air qui est un compromis parfait pour profiter des joyaux de ces petites iles, et j’espère pouvoir m’y rendre à nouveau le plus vite possible.

Comments