Quand ? : En septembre et dans le cadre de mes études j’avais pour mission de faire un
stage de commerce international à l’étranger et dans le pays de mon choix. Ce stage
commençant au mois de mai.

Pourquoi ? Sincèrement, après avoir fait les USA, je voulais faire l’Afrique du Sud ou
Australie et mes parents voulaient que je fasse le Canada. Je n’avais jamais entendu parler de l’Indonésie et encore moins de Bali ! J’avais postulé plusieurs entreprises autant en Afrique du Sud qu’en Australie et vers décembre dernier j’avais déjà ma convention de signée pour Sydney en Australie. Par un jour d’ennui, j’ai recherché sur le net : « villas de rêves, paysages magnifiques, et endroit paradisiaque » et je suis tombé sur Bali, Indonésie et l’entreprise Bali Je t’aime qui était très référencé. J’ai pu voir à travers les résultats de mes recherches de très
belles photos et cela m’a donnée envie d’aller à Bali.
Ensuite ? : J’ai postulé à Bali Je t’aime et le patron me faisait savoir qu’il
analyserait ma candidature et que je n’étais pas seule sur la liste, mais étant une
personne qui aime avoir tout ce qu’elle veut et qui sait l’obtenir, j’ai pu le convaincre
et quelques semaines plus tard, ma convention était signée ! Ensuite tout s’est accéléré
! Personne dans mon entourage ne pouvait partager mon enthousiasme de venir à Bali, encore
moins mes parents ! Mais ensuite une fois que le billet était pris, je ne pouvais plus
reculer, je ne me suis pas posée vraiment de question, les questions se sont enchainées
après le billet d’avion. J’avais peur, j’avais envie d’annuler mon billet, je me posais mil et une questions, car je ne suis pas une aventureuse, je suis du genre à tout
planifier jusqu’à la dernière minute et là je partais sans savoir grand-chose. Le seul repère que j’avais était Pascal, quelqu’un de super sympa que j’ai connu par un forum qui
parlait de Bali. Il est venu avec son chauffeur me chercher à l’aéroport, cela m’a beaucoup
soulagée. Je me sentais moins seule.
L’accueil : Le plus long a été le temps de trajet! 27 heures de vols escales compris. Avec pour compagnie Qatar Airways, j’ai fait une escale au Qatar et un arret à Singapour. Dès que je suis sortie de l’aéroport, le premier mot était « Wahou c’est le paradis ici » mais je me demandais en même temps si Pascal allait vraiment venir me chercher ou si j’allais me débrouiller toute seule. Forte heureusement, avant même d’avoir levée la tête dans toute la foule, il criait déjà mon prénom !( car étant noire je ne peux pas dire que Bali soit l’endroit où l’on rencontre beaucoup de noir, même si certains ont la peau bien foncée ici ) Il m’a accompagné à la voiture où son chauffeur nous attendait, et sur la route malgré qu’il faisait déjà sombre, il m’a un peu fait la visite de l’aéroport jusqu’à sa villa. Une fois à la Villa où nous attendais les amis de Pascal pour me souhaiter la bienvenue, je me sentais vraiment mieux, un peu fatiguée mais rassurée. Il y’a 6heures de décalage entre la France et Bali en été etn7h en hiver. Ensuite j’ai eu du temps pour me changer et on est parti manger tous ensemble à Seminyak (le quartier le plus connu de Bali). On a mangé, discuter et à mon grand étonnement, au moment de l’addition, Pascal a décidé de m’offrir mon premier repas Balinais. C’était vraiment généreux ! Ensuite on a fait un tour dans les bars sympa de Seminyak afin que je me mette dans le bain et on est rentré aux alentours de 2h du matin. Pendant la première semaine, j’ai vraiment eu du mal à m’habituer au décalage horaire, la nuit je parlais avec mes amis et le jour, je dormais.

La moto, le scooter et le trafic :
Si vous faites plus de deux semaines à Bali, le scooter est indispensable ! Avec la voiture, vous allez perdre tout votre temps dans la circulation. Personnellement, je déteste la moto, le scooter, car j’ai vu un peu trop d’accident et c’était les plus catastrophiques et je ne pensais pas un jour avoir à conduire cela. Je suis très voiture et j’adore les courses automobiles.
Me voilà heurtée aux chocs de cultures, j’ai dû apprendre la moto et toute seule, un jour que j’oublierais surement jamais, c’est quand on m’a ramené l’engin pour la première
fois  et quelques minutes plus tard, l’un des employés de “Bali Je t’aime” me demandait de la suivre pour aller visiter une villa, je voulais dire non, par peur et sans avoir essayer, car les
gens roulent n’importe comment, il n’y a pas de priorité et même sur les trottoirs aucun respect du code de la route mais sans dire un mot et je ne sais comment j’ai pu démarrer ma moto et je l’ai suivi, tout s’est bien passé. On est arrivés à la Villa, où on a reçu des clients et là j’ai fait mon premier welcoming, les choses se sont compliqués au retour quand
je suis tombée avec ma moto dans les rizières faute de maîtrise. Plus de peur que de mal,  mais ici dès que tu as une petite blessure, les balinais te donnent de l’eau à boire et nettoie la blessure, mais il n’est en aucun cas question d’hôpital. Ensuite elle m’a demandé de reprendre la moto pour qu’on se rende au bureau, j’ai repris la moto malgré moi mais je n’ai pas pu atteindre le bureau. Aux alentours de 16h j’ai reçu un coup de fil du patron qui était en métropole qui me disait de prendre mon temps pour apprendre la moto et de ne pas aller trop vite en besogne. De ne pas me précipiter et de faire les choses étape par étape, et avec l’aide de Pascal, deux semaines plus tard, je commençais déjà à maîtriser l’engin mais j’appréhendais toujours les accidents. Aujourd’hui je suis une accro de la moto et je remercie beaucoup Greg .

Bali Je t’aime
Mes horaires :
Lundi à Vendredi  9h30 -12h30 / 14h- 17 plus éventuellement les extras (welcomings le
soir) et le samedi de 9h30 à 12h30.
Il y’a Greg le boss, Lulu l’assistant de Greg, Puji et Nabilla dans le bureau quotidiennement.

J’ai commencé à “Bali je t’aime” par le repérage des villas, des lieux, des quartiers assisté par Pierre un autre stagiaire, cette étape a duré plus de deux semaines, afin que je ne puisse pas me perdre. Ensuite une fois que je visitais les villas et je repérais les
lieux, je devais faire le descriptif de chaque villa visitée. Ce fut ma première tâche, ensuite de la maintenance du site internet.
Ma deuxième mission a été les Welcomings, une fois que je savais tout sur les villas, je pouvais accueillir les clients sans aucun problème. Cette tâche fait partie de la plus importante de “Bali Je t’aime”. Les welcomings sont en effet une tâche quotidienne de l’entreprise.

Ma troisième grande mission a été la prospection celle que j’attendais si tant car je dois raconter une mission de prospection dans mon rapport de stage. En résumé, je me devais de trouver dans des secteurs donnés, des villas de 4, 5, 6 chambres afin de constituer des dossiers  (photos, descriptifs, contrat, prix). Une fois les dossiers constitués, c’était au patron de choisir parmi les villas, lesquelles étaient les mieux pour son marché.

En tâche quotidienne, je me devais aussi de  m’assurer que les clients se portent bien, c’est-à-dire d’aller me renseigner dans les villas, voi  si tout se passe bien, si le séjour se passe bien et si la villa leur convenait en un mot faire une enquête de satisfaction. Je faisais aussi les encaissements et les déposits dès l’arrivée des clients dans les villas. Je récoltais aussi les commentaires des clients à la fin de leur séjour, et ces derniers étaient publiés sur le site de « Bali Je t’aime ». C’etais assez variée et je devenais de plus en plus autonome et polyvante.
En dehors tu travail, au niveau de l’ambiance avec les collègues, au début c’était sympa sans plus, je restais beaucoup dans mon coin, car je suis quelqu’un qui n’aime pas trop
être amis avec les collègues de bureau, parce qu’en général la plupart des personnes ne savent pas maintenir la barrière entre vie professionnelle et vie privée. Ensuite elles me mettaient à l’aise surtout Puji et Lulu membre du personnel, donc je me suis plutôt très bien intégré. Elles etaient  indonésiens super sympa, ouvert, accueillant.  On passait des supers moments, surtout avec Lulu, on avait notre plage secrète, j’ai visité des endroits paradisiaques avec Lulu, Puji, Nabilla. On faisait aussi des soirées super sympas, ou on rigolait tout le temps, c étais vraiment extra. En dehors du bureau, on se retrouvait souvent et c’était toujours dans un cadre chaleureux.
Quand à Greg, le patron, il est toujours à l’écoute de ses collaborateurs, de ses clients, toujours souriant et toujours là pour aider et donner des conseils tout en te laissant de l’autonomie!
Autant sur le travail c’est carré et tout autant il nous facilite les choses, les samedis matin des fois on a droit au petit jus, cocktail, ou chocolat payer par le Boss, il recherche le meilleur pour ses clients mais aussi pour son staff ! Il est génial, J’ai beaucoup appris avec lui et ce qui me fascine chez lui c’est comment il en est arrivé là. Il m’a fait comprendre qu’il n’y a pas besoin d’avoir un master ou de faire des études supérieures pour réussir dans la vie, le tout est une question de travail de motivation d’intelligence et de persévérance
Mon temps Libre :
Pendant mon temps libre, Je faisais un peu tout. Je dormais, je bouquinais, je nageais sois dans ma piscine au début sois dans la piscine des amis à la fin parce que j’avais plus de piscine après un mois. Mais j’étais toujours la bienvenue dans la piscine de Pascal. J’allais à la plage, je me posais dans un circle K pour avoir la Wi-Fi gratuit, j’allais dans les restaus les plus calme et où il y’avait de la Wi-Fi, je me balladais sur ma moto… enfin un peu de tout !

Ce que j’ai apprécié :
J’ai apprécié mon aventure, le choc des cultures, ( A Bali, les gens sont plus ouverts, plus sympa, toujours souriants, toujours optimiste même dans le pire des moments, à fond dans la religion !) c’était magnifique de voir des femmes en tenue traditionnelle déposer des offrandes devant leurs boutiques le matin, ou marcher dans la rue en tenue traditionnelle, C’etais dépaysant.  J’ai apprécié de travailler à “Bali Je t’aime”. A mon âge de 20 ans, vivre ce genre d’expérience est unique. Chaque expérience est une leçon et tant qu’on apprend on ne sort jamais perdant. Alors je suis vainqueur de cette magnifique expérience.

Ce que j’ai moins apprécié :
Pas grand-chose, au début j’aurais dit la moto bike mais maintenant je m’y suis fait ! La pollution, j’en ai été un peu malade mais c’est rien !
Cela va-t-il être dur de quitter Bali ?
Honnêtement non ! La France ne me manque pas ! Bali c’est bien plus beau et plus paradisiaque et les gens sont bien plus sympas et accueillant. Après 4 mois passé sur l’île des dieux, je dirais que j’ai fait mon temps. On ne peut pas tous aimer la même chose, sinon on ferait la guerre pour l’obtenir. J’ai aimé Bali, j’ai adoré mon expérience à Bali mais je ne me verrais pas vivre ici. D’autres aiment l’Asie d’autres apprécient l’Europe, d’autres l’Afrique, d’autres les USA, etc. mais je suis encore trop jeune et je n’ai pas encore trouvé le pays de mes rêves !
Si je devais remercier quelqu’un ?
D’abord je remercie Greg, de m’avoir donné l’opportunité de découvrir Bali à travers ce stage, et de m’avoir fait confiance. J’espère avoir fait mes preuves et j’espère qu’il n’aura pas regretté une seule seconde de m’avoir choisi. Je lui envoie toute ma reconnaissance pour m’avoir apporté beaucoup de réponses à mes questions. Mes idées sont beaucoup plus claires maintenant. Je le remercie d’avoir été toujours à mon écoute et de m’avoir laissé le temps de m’habituer surtout à la motobike qui paraissait l’étape la plus dure pour moi. Maintenant je pourrais conduire la motobike toute ma vie.
Je remercie mes parents, car malgré le fait qu’il ne voulait pas que je vienne en Indonésie m’ont soutenu financièrement, et moralement, ils ont toujours été là pour moi à chaque fois que le besoin se fait sentir. Merci vous êtes formidables.

Je remercie sincèrement Pascal, sans qui mes débuts à Bali, auraient été une véritable catastrophe.
Je remercie tout le Staff de “Bali je t’aime” de m’avoir appris leurs métiers, de m’avoir consacré du temps et d’avoir été super sympas avec moi tout au long de ma période de stage.
Je remercie tous ceux que j’ai pu rencontrer ici, qui ont fait partis de mon séjour et qui l’ont rendu exceptionnel. Et pour finir je remercie l’Indonésie (Bali) de m’avoir
accueilli sur son magnifique île qu’est Bali, que j’ai plus qu’apprécié.
Un mot pour la fin ?

J’ai beaucoup appris sur moi à Bali.
La sagesse est l’art de l’expérience, découvrir une culture est découvrir un trésor de plus dans le monde, et l’on devient plus naturel à force de parcourir des expériences.

 

Comments

Open chat